Dominicalement vôtre – Flight

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Robert Zemeckis, 2012

 

Diffusion dimanche 10 janvier, 20H55, TF1

 

Mes amis, en ce jour du Seigneur communions et rendons grâce en allumant tous ensemble nos téléviseurs ; car c’est une pure Denzel Washington’s night qui nous attend. Comme à son habitude, le dieu de notre idolâtrie s’avère aussi être le meilleur partenaire des chaînes de télévision françaises le dimanche soir : Training Day sur Numéro 23, L’Attaque du métro 123 sur 6ter et Flight sur TF1.

Le choix fut cornélien mais Bizard Bizard a fini par trancher et a décidé que de Flight nous allions vous parler.

Whip Whitacker (Denzel Washington) est un pilote de ligne doublé d’un alcoolique-cocaïnomane au dernier stade. Après une nuit d’excès et un petit déjeuner au gin-coco (caïne), il s’empare des manettes de l’avion qu’il doit conduire jusqu’à Atlanta. Mais tout ne se passe pas comme prévu, après moult désagréments d’ordre technique et météorologique, le commandant réussi à éviter le crash de justesse de la manière la plus folle qui soit. Suite à cet incident la presse l’érige en héros tandis que la NTSB (conseil national des transports) enquête sur les circonstances du drame. Whitacker voit ainsi sa vie exposée et analysée au peigne fin ; alors que son addiction, qui le mènera au cachot, devient de plus en plus compliquée à cacher.

Pour ceux qui n’ont pas encore vu le film, il serait de bon ton de vous mettre en garde : IL NE S’AGIT PAS D’UN FILM CATASTROPHE SUR UN CRASH D’AVION. (Maintenant que ce point important, évoqué en gras et en majuscule afin que vous le gardiez bien à l’esprit, a été abordé vous pouvez continuer votre lecture.) Malgré son nom et la scène de crash très impressionnante, Flight relate avant tout l’histoire d’un homme emprisonné dans sa dépendance. Durant deux heures vingt le spectateur suit le parcours de ce pilote qui ne cesse d’essayer de se débarrasser de son addiction sans y arriver. Le film rend compte de la difficulté, du désespoir mais aussi de la culpabilité que peut éprouver une personne dépendante qui tente de ne plus boire mais qui finit par boire pour oublier qu’il ne doit plus le faire.

Bien qu’il s’agisse d’un long-métrage au budget conséquent (31 millions $), l’histoire de Flight se joue en premier lieu entre les protagonistes, où l’ on retrouve par moment la recette Forrest Gump qui met en scène ces personnages paumés au milieu de l’immensité de l’Amérique. Partant de là, force est de constater que le film repose surtout sur les épaules de ses acteurs. De ce côté ci, c’est une réussite. Avec un Denzel aux commandes, jouant à la perfection cet homme qui pense tout contrôler, persuadé d’avoir choisit son état mais trahi par ses mimiques et son bégaiement ; c’est un plaisir sans bornes que de voir l’acteur capable d’être autre chose qu’un flic ou un bandit. La performance de Don Cheadle en avocat chevronné est tout aussi enthousiasmante et les apparitions de John Goodman sont des plus délectables.

Pour conclure, avec un scénario plutôt bien ficelé, de belles images et une soundtrack qui envoi du pâté, Flight sera votre allié ce soir. Vous ne vous roulerez peut-être pas par terre mais vous ne vous ennuierez pas, et, Denzel sera là.

Crédits images: americanfilm.afi.com (couverture) – theyoungreport.fr

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  6 comments for “Dominicalement vôtre – Flight

  1. 14 janvier 2016 at 15 h 47 min

    Je n’ai pas vu Flight, alors je vais essayer de ne pas t’en vouloir de ne pas avoir choisi Training day qui est peut être bien mon film de flics préféré. A la place, je vais essayer de voir ce film qui m’a l’air tout de même assez alléchant… (mais bon, comme j’ai toujours pas la télé, va falloir dégoter le dvd…)

    • Z.
      14 janvier 2016 at 17 h 32 min

      Ne m’en veux surtout pas!! Je n’ai pas choisit Rraining Day pour la simple raison que j’ai déjà écrit un article dessus… Que tu peux retrouver dans le thème Police 🙂 Mais du coup dimanche j’ai rerererereregardé Training Day for sure!

  2. 12 janvier 2016 at 1 h 36 min

    Ahaha j’adore ta phrase en majuscule et en gras ! C’est tellement vrai en même temps !
    Bon, je lui trouve tout de même quelques longueurs inutiles mais tout de même un film vraiment intéressant (il faut dire que j’aime les films de procès ou dans cette veine), puissant, qui sait poser les bonnes questions et Denzel est impec’ 🙂

    • Z.
      12 janvier 2016 at 11 h 39 min

      Tout à fait d’accord avec toi.
      Bon maintenant que tu connais mon amour pour Denzel, tu sais que les petites longueurs dont tu parles (et tu a tout à fait raison) sont pour moi un ravissement puisque mon chéri est là du début à la fin hahaha. Mais je pense que pour apprécier ce film il ne faut vraiment pas s’attendre à voir une oeuvre de grand spectacle. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé au pôle communication, mais c’est vraiment dommage d’avoir vendu le film de cette façon, beaucoup de gens se sont retrouvés déçu et n’ont pu considérer les points positifs.

      • 13 janvier 2016 at 0 h 59 min

        Ah par contre je ne toucherai jamais à ton chéri que je trouve très souvent impeccable (one of the best). Après je ne m’attendais pas à une oeuvre de grand spectacle justement, ce qui fait que j’ai pu l’apprécier je pense à sa juste valeur – sans adorer mais à regarder tout de même 🙂

        • Z.
          14 janvier 2016 at 12 h 51 min

          Exactement. C’est pas de la folie mais c’est plutôt bien fait. Et le bonus Denzel est certes non négligeable héhéhéhé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master