Dominicalement Vôtre – La Famille Pickler

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Jim Field Smith – 2011

 

Diffusion dimanche 3 juillet, 20h55, 6ter

 

En ce premier dimanche de vacances scolaires le Seigneur ne nous a pas laissé tomber (bien heureusement d’ailleurs puisqu’il s’agit de son propre jour). Nous qui nous préparions psychologiquement à un festival de propositions télévisuelles aléatoires – tout ça parce que les petits enfants ont posés leurs deux mois de vacances annuelles – et bien… Force est de constater que ça n’est pas plus dramatique que ça.

Et pour fêter les vacances que nous n’avons pas nous avons choisi de nous pencher sur le discret La Famille Pickler (choix délibérément aléatoire).

Laura Pickler (Jennifer Garner) ne jure que par les perles et le beurre. Convenablement mariée à un champion de sculpture, sur beurre, (TY Burrell), elle mène la vie dont elle a toujours rêvé : être riche et influente dans la plus pure des traditions conservatrices américaines. Mais lorsque que son artiste d’époux adultère est gentiment prié de ne pas participer à la compétition annuelle, son monde s’effondre. C’est avec la rage de l’ambition et de la pesterie que Laura décide de relever les manches de son chemisier en soie et disputer elle-même le concours. Seulement voilà, la jeune femme va se retrouver face à deux concurrentes de taille : une petite fille de dix ans douée de multiples talents (Yara Shahidi) et la maîtresse de son mari (Olivia Wilde)…

Avec son pitch décalé et sympathique La Famille Pickler est un véritable allié du dimanche soir. Une histoire simple et drôle, qui n’enverra personne au septième ciel mais qui fait le travail quand même.

Nous nous répétons comme des papys gâteux mais n’oublions jamais que le dimanche est le jour de la tolérance, et que parfois, un film truffé de banalités scénaristiques qui savent divertir peut combler de joie n’importe quel terrien.

La Famille Pickler est un film sans grandes ambitions qui a la décence d’être sans grande prétention. Cherchant tout d’abord à délivrer un message « américain-mais-plus-moderne-quand-même » en amusant son public, cette heure trente neuf rend compte d’une histoire peu extraordinaire sur fond d’originalité. La satire de la société est visible sans être totalement exploitée, permettant au film de garder sa fraîcheur et sa légèreté au détriment de la profondeur et de la pertinence. Mais le plus important c’est d’essayer, n’est-ce pas ? Ainsi les bonnes intentions sont palpables bien qu’elles n’aboutissent jamais vraiment. L’ensemble est homogène dans son manque d’audace, qu’il s’agisse du scénario, de la mise-en-scène ou des acteurs (avec un casting pourtant prestigieux), mais aussi dans sa bonne ambiance. On ne rit pas comme une baleine joyeusement échouée mais on sourit avec bienveillance sans s’ennuyer, particulièrement lorsque l’on aime ce genre de film (ce qui est notre cas). Et si le côté « bon père la morale » est présent à chaque instant il ne dérange pas vraiment.

En conclusion vous ne ferez certes pas tourner les serviettes mais ce récit gentillet qui dépeint de loin et sans ardeur la société américaine, réserve quelques petites surprises sans jamais oublier de faire la part belle aux clichés et au célèbre dicton « le dimanche, on lâche le guidon ! »

Crédits images: searchlive.com (couverture) – filmofilia.com – fanpop.com – nytimes.com

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  6 comments for “Dominicalement Vôtre – La Famille Pickler

  1. 4 juillet 2016 at 15 h 51 min

    J’avoue avoir un faible pour la fibre comique de Jenny. Et puis bon, malgré le désastreux gâchis que cela représente, comment ne pas être attirée par la sculpture sur beurre?
    En tous cas, ça m’a l’air d’être le film parfait pour quand on a les neurones un peu fatigués, je me le garde de côté

    • Z.
      5 juillet 2016 at 10 h 00 min

      ABSOLUMENT! Tu as vu le potentiel du film! C’est exactement ça, quand tu as envie de regarder un truc sympa, pas trop lourd, que Jenny te manques et tu te rends compte que tu as oublié d’acheter du beurre, c’est parfait!

  2. 4 juillet 2016 at 13 h 09 min

    Je ne connais pas du tout ce film mais ça a l’air très sympathique !!

    • Z.
      5 juillet 2016 at 9 h 57 min

      Franchement ça l’est, c’est pas dingo du tout mais bon, comme ça pour un soir oisif ça fait bien l’affaire.

  3. 3 juillet 2016 at 19 h 38 min

    C’est sérieux, de la sculpture sur beurre ?? Ahah, juste incroyable quoi 😀 Ça me fait une journée, ce genre d’informations (les américains sont des gens fabuleusement cocasses, desfois).

    Ôtez-moi d’un doute, mais Olivia Wilde c’est pas la Numéro 13 de House ?

    • Z.
      5 juillet 2016 at 9 h 56 min

      Maiiiis je crois bien que si! Ou alors Numéro 13 est son sosie officielle.
      Je suis tellement d’accord avec toi, les américains sont vraiment cocasses, heureusement qu’ils sont là de temps à autre. C’est un peu comme un peuple qui serait constamment sous LSD, et c’est fort jouissif!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master