Dominicalement Vôtre – La Maison aux Esprits

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Billie August, 1993

 

 

 

Diffusion dimanche 17 avril, 20h45, Arte

 

Après une journée passée a mesurer la véracité de l’adage « en avril ne te découvre pas d’un fil », ce n’est pas d’un petit remontant dont vous avez besoin mais d’un bon mélodrame au casting premium.

Ainsi, Bizard Bizard vous invite à passer la soirée sur Arte qui vous propose une visite de 2h30 dans La Maison aux Esprits, en très bonne compagnie.

Clara (Meryl Streep), est une jeune femme aux dons extrasensoriels, option discussion avec l’au-delà. Mais depuis le décès de sa sœur – qu’elle avait prédit – Clara refuse de parler, craignant de provoquer un autre malheur. Ce n’est que lorsque Esteban Trueba (Jeremy Irons) apparaît pour lui demander sa main que la jeune femme reprend du poil de la langue et choisit de revivre pleinement. Les nouveaux mariés et la sœur d’Esteban (Glenn Close) s’installent alors dans une sublime et gigantesque hacienda qui sera le théâtre de leur histoire familiale plus que mouvementée…

Si Tolstoï s’est arrêté à Guerre et Paix, Isabel Allende – l’auteur du livre qui a inspiré le film – y a ajouté moult choses encore avec le petit bonus réalisme magique so Amérique Latine. Parce qu’ici, sachez le bien, il s’agit plus de guerre et paix et amour et esprits et soleil et conflits politiques et vengeance et naissance et mort, et plus encore.

La Maison aux Esprits est une pure saga familiale qui aurait pu ravir tous les fans de telenovelas si le récit avait été adapté au petit écran. Mélo dramatique à souhait comprenant un rebondissement tous les cinq minutes, le film ne cesse de titiller la corde intrigante/sensiblerie cachée en chacun de nous (ne craignez donc pas pour votre santé mental si vous vous mettez à commenter l’action tout seul devant votre écran en hurlant « mais c’est pas vraiiiiiiii ! » ou encore « espèce de petit enfoiré j’espère que tu vas mourir » ou encore encore « noooooooooooon… Ah ! Mais en fait elle est sympa cette robe »). Agrémenté de phrases solennelles et philosophiques, l’histoire reprend les thèmes du cycle et du passé qui hante le présent, faisant du principe de l’arroseur arrosé son cheval de bataille.

Au delà de l’aspect « vive les histoires », qui, en étant tout à fait satisfaisant n’est pas un chef d’œuvre de scénarisation, La Maison aux Esprits est un film réellement intéressant car il réunit d’excellents acteurs au sommet de leur art. En effet, bien que n’ayant eu que très peu de succès à sa sortie, ce film révèle encore un peu plus le talent de Jeremy Irons, Meryl Streep et Glenn Close; jouant dans un film label telenovela tout en réussissant à ne pas tomber dans le ridicule et la caricature. Chacun des comédiens amène un supplément d’âme à ces personnages en leur apportant une crédibilité et une sensibilité dans une histoire qui pourrait rapidement tomber dans le cliché. Ainsi l’aspect « facile » du récit est balayé par la sévérité exaspérante de Jeremy, la douceur et l’intelligence de Meryl et la timidité empreinte de bigoterie de Glenn.

Alors si vous aussi vous cherchez à ensoleiller votre dimanche soir, plongez dans la gloire et la beauté, la guerre et la paix de ce que sont les feux de l’amour de La Maison aux Esprits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédits images: toutlecine.challenges.fr (couverture) – toutlecine.challenges.fr – youtube.com

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  8 comments for “Dominicalement Vôtre – La Maison aux Esprits

  1. 19 avril 2016 at 8 h 45 min

    Hum, j’ai vu le début et la mi-temps du film… peut-être que la version française me dérange, mais je n’ai pas accroché malgré la qualité indéniable de l’image, des décors et des costumes (on se croirait dans Souvenirs d’Afrique). j’aime beaucoup Glenn Close, qu’on ne voit plus guère… rien que pour elle, j’irai jusqu’au bout de cette maison!
    des bises

    • Z.
      20 avril 2016 at 19 h 51 min

      Je comprend, c’est quand même particulier comme film, vraiment très très amour gloire et beauté. Bien que l’histoire m’a pas mal intéressé, je pense que ça reste d’abord un bon film du dimanche soir. Mais pour le coup j’aimerai vraiment lire le livre qui doit être pas mal du tout.
      Bisous

  2. 18 avril 2016 at 11 h 10 min

    J’ai vu ce film il y a bien longtemps. Je me souviens avoir bien aimé, mais je n’ai plus aucun souvenir de l’histoire, je le reverrais bien à l’occasion, tiens!

    • Z.
      20 avril 2016 at 19 h 42 min

      Pour un prochain petit dimanche soir, je pense que c’est LE film qui passe crème.

  3. 18 avril 2016 at 9 h 47 min

    Ma prof d’espagnol (chilienne, qui adorait Allende) m’avait passé le dvd juste à moi pour que je puisse me cultiver. Bon les acteurs n’ont rien d’hispaniques, d’habitude ce genre de « saga » c’est pas mon délire mais étonnamment ça fonctionne et ça captive !

    • Z.
      20 avril 2016 at 19 h 42 min

      Mais exactement! J’étais étonnée par le power de cette histoire un peu gnangnan hahaha

  4. domy2
    17 avril 2016 at 21 h 28 min

    tout de même assez caricatural, les bons et les méchants, comme d’hab! la vie est plus complexe, mais il est vrai que nous sommes au cinéma…

    • Z.
      17 avril 2016 at 23 h 24 min

      Ah oui tout à fait, mais la performance des acteurs a vraiment réussi à minimiser cet aspect manichéen, du coup je me suis bien laissé emportée par l’histoire. Mais c’est sûr qu’en terme de profondeur psychologique on n’y est pas tout à fait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master