Dominicalement vôtre – Un jour sans fin.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Un jour sans fin de Harold Ramis (1993)
Diffusé sur HD1 dimanche 29 mars à 20h50

Phil (Bill Murray), présentateur météo vedette de la chaîne WPBH-TV9 se rend pour la quatrième année consécutive à Punxsutawney, Pennsylvanie afin de couvrir les festivités annuelles du « Groundhog Day », le jour de la marmotte. Personnage aussi cynique qu’imbu de lui même, Phil est loin d’être echanté par cette excursion et ne peut cacher son horreur lorsque lui et son équipe – la productrice Rita (Andie MacDowell) et le caméraman Larry (Chris Elliot) – se trouvent bloqués une nuit de plus à Punxsutawney à cause d’une tempête de neige. Les choses sont loin de s’arranger lorsque le lendemain matin, il se reveille au son de la même musique que la veille, puis engage la même conversation avec la patronne de l’hôtel avant de revivre la même désagréable aventure avec la température de la douche… Bref, Phil est condamné, par on ne sait quelle force du destin, à revivre la même journée coincé dans un bled qu’il méprise. Encore, et encore, et encore.

Le pitch pourrait sembler un peu creux à ceux qui n’ont pas vu le film; mais ce serait sous-estimer le pouvoir d’Harold Ramis (Ghostbusters, Mafia Blues) et de Bill Murray (qu’on ne présente plus) que de croire ça. Regarder les mêmes acteurs revivre une seule et même journée à repetition (et supporter Sonny & Cher chanter ‘I got you babe’ à six reprises au moins) pourrait être rébarbatif, mais Un jour sans fin s’avère finalement sympathiquement inventif. Bill Murray transforme son interpretation au fil des évolutions de son personnage, qui va tout d’abord se désespérer de la situation avant d’y voir l’opportunité de réaliser tous ses fantasmes (du type vol de sac plein de billets et orgie de bouffe) et de draguer sa jolie productrice, ce à quoi il parvient après de nombreuses tentatives. Après avoir passé une journée parfaite avec la jeune femme, il se réveille cependant à nouveau en compagnie de Sonny & Cher uniquement. Lassé de la situation, Phil tente alors de se suicider à maintes reprises, mais découvrant que cela ne change rien à l’affaire, il finira par tenter de devenir ‘une meilleure personne’ (film américain oblige).

Ce soir, débarrassez vous de tous vos préjugés (certes, la marmotte est loin d’être l’animal le plus glamour) et laissez vous envouter par le pouvoir de Bill Murray!

Bill is a god

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master