La colline sanglante – Les Ardennes

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Sortie le 13 avril                       Réalisation : Robin Pront                         Durée : 1h33

Avec : Kevin Janssens, Jeroen Perceval, Veerle Baetens, Jan Bijvoet, Vivianne de Muynck…

Productions : Savage Films, Eye Work, Bastide Films PRP

Distribution : Diaphana Distribution

 

Le white trash version flamande

 

L’arrivée des beaux jours ne se résume pas au beau temps, aux cocktails et aux journées éternelles, car cette période offre aussi le luxe de s’enfermer dans une salle noire pour profiter d’un bon petit film hivernal.

 

À la suite d’un cambriolage raté, Kenny écope d’une peine de prison alors que son frère, Dave, réussit à s’en sortir in extremis. Mais lorsque les portes du pénitencier finissent par s’ouvrir, Kenny se rend compte que son monde à bien changé, et ce n’est pas ces quatre années enfermées qui l’aideront à se calmer. Durant cette absence, Dave a trouvé la route de la sagesse en travaillant et en sortant avec la copine de son terrible grand frère. Mais comme il n’y a jamais de bons moments pour annoncer une telle nouvelle à un psychopathe, et bien il ne reste plus qu’à prier pour que celui-ci ne découvre pas le pot aux roses avant qu’on ne lui en touche un mot…

Les Ardennes est un film aussi mystérieux que sa bande annonce, mais pas pour les mêmes raisons. Ces 1h30 offrent autant de choses extraordinaires que banales, et c’est dans ce rythme irrégulier que le spectateur oscille entre ennui et envie de décerner la Frite d’Or de l’année.

En effet, avec une mise-en-scène IM-PEC-CA-BLE et des cadrages aussi propres et précis qu’un tir de sniper, Les Ardennes est d’une d’une beauté et d’une intelligence visuelle rare. Robin Pront réussit avec brio à traduire le caractère difficile de la situation et la psychologie déséquilibrée des personnages en idiomes cinématographiques, préférant les images et l’action aux dialogues. Jouant sur d’aveuglants contrastes de lumières, le film révèle une ambiance violente et anxiogène dans un univers où la douceur est aussi réelle que la paix dans le monde. Ici tout est dur, tout est cru, tout est brut.

Oui mais. Après avoir été subjugué par la performance de cette mise-en-scène de haut niveau (au point de trouver une consonance harmonieuse à la langue flamande, précisons-le), le spectateur s’essouffle un peu. La force des images ne suffit plus et l’histoire se traîne. Le « boum boum » de la musique techno fatigue tandis que la noirceur de l’environnement ennui et c’est alors que la montée du suspens finit par être le moment le moins bien réussit du film. Malheureusement les images n’ont su faire le travail du scénario et empêchent ainsi Les Ardennes d’être propulsé au rang des films déglinguement géniaux. Chose très regrettable au vu du twist final fantastiquement bien pensé et de la fin en général – trouvant le même comique dans la surenchère de violence que dans les films coréens.

Mais ! Si le film présente quelques inégalités, il y a bien une chose qui ne l’est pas : les acteurs. Le trio Janssens/Perceval/Baetens est tout bonnement parfait ; chacun des comédiens livre une interprétation plus vraie que nature et le conflit qui les uni jouit d’une cohésion aussi harmonieuse qu’une symphonie. Mention spéciale pour Kevin Janssens qui fait de Kenny un personnage aussi détestable que touchant, angoissant de bout en bout, crevant l’écran à chaque moment.

En conclusion, Les Ardennes a des qualités quasi exceptionnelles qui sont malheureusement voilées par un manque de justesse rythmique. Nominé à la Frite d’Or certes, mais grand gagnant hélas non.

 

Bizard Bizard : allez-y au petit galop

Crédits images: allocine.fr (couverture) – legolasgamer.com – youtube.com

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  4 comments for “La colline sanglante – Les Ardennes

  1. 18 avril 2016 at 12 h 29 min

    J’ai pensé une fois, pendant quelques secondes  » ah c’est un peu long » mais je me suis de nouveau trouvée happée dans le film. Il est incroyablement mis en scène, et j’ai plongé dedans !

    • Z.
      20 avril 2016 at 19 h 43 min

      La mise-en-scène est vraiment folle, mais je ne sais pas…Il y a un quelque chose qui m’a manqué pour être totalement conquise tout de même.

  2. 14 avril 2016 at 14 h 19 min

    Je ne suis pas sûre de trouver le temps d’aller le voir, mais ton article, malgré ses réticences, donne bien envie… Je me laisserais peut-être tentée si j’ai assez la pêche, pardon, la frite.

    • Z.
      15 avril 2016 at 10 h 17 min

      Si la frite est avec toi tu ne regretteras pas de t’être déplacé. Mais c’est vrai que mon avis est vraiment mitigé, d’un côté j’ai trouvé le film génial et d’un autre hyper banal.
      Donc si la frite n’est pas avec toi tu ne regretteras pas non plus hahaha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master