L’Oeil de Moscou – Les Visiteurs: La Révolution

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Sortie le 6 avril                             Réalisation : Jean-Marie Poiré               Durée : 1h50

Avec : Jean Reno, Christian Clavier, Karin Viard, Franck Dubosc, Sylvie Testud, Alex Lutz, Marie-Anne Chazel, Ary Abittan

Production : Gaumont, Ouille Productions, TF1 Films Producion, Nexus Factory

Distribution : Gaumont Distribution

 

Hosanna ?

 

Après dix-huit ans d’attente, préférer Jacquouille la Fripouille à Jake Gyllenhaal ne fut pas un choix mais une évidence. Ainsi, c’est le cœur palpitant et plein d’appréhension que nous en sommes allé guerroyer en salle pour retrouver notre messire adoré et son fidèle escuyer.

Après un énième micmac dans la recette de la potion, Godefroy de Montmirail et son acolyte Jacquouille la Fripouille se retrouvent coincés au temps de la Révolution. Cette déplaisante diablerie les amène sur la route de la descendance Montmirail, s’apprêtant à fuir pour échapper à l’échafaud, mais aussi à la rencontre du petit petit petit petit fillot de Jacquouille rebaptisé Jacquouillet, accusateur public de son état et proche de Robespierre. Outré par les évènements, le valeureux messire cherche à rentrer en tout hâte au temps des chevaliers, tout en ambitionnant de délivrer le dauphin avant…

Peste soit de la Révolution ! Et c’est le cas de le dire… Car une fois l’émotion du thème musical des Visiteurs passée, les retrouvailles tant attendues donnent raison à la méfiance et à la crainte qu’ont pu avoir les fans de la saga quant à ce nouvel opus.

Les plus grandes maisons de productions n’ont rien pu y faire : la fine fleur des acteurs populaires n’a pas su sauver le soldat Godefroy et son fidèle Jacquouille. Avec un scénario particulièrement stérile, le spectateur à presque du mal à comprendre ce qu’il voit et se retrouve aussi perdu dans les couloirs du temps que nos deux protagonistes. Bien que l’on puisse noter l’effort d’avoir voulu créer une histoire à part entière en intégrant logiquement le passé et le futur, force est de constater que cela ne fonctionne pas. Sans prétendre que les films précédents étaient des trésors scénaristiques analysant les dédales de l’esprit humain, l’histoire était pourtant à chaque fois simple, efficace et intéressante. Dans ce troisième volet, le récit s’apparente plus à un pseudo cour d’histoire mal joué qu’a un festival de punchlines drôles et moyenâgeuses. Les anachronismes laissent la place à l’humour gras et aux dialogues ratés, donnant la sensation que nos Visiteurs sont perdus pour de bon. On sourit quelque fois, on rit rarement et la déception donne à cette heure cinquante la sensation d’un enchantement diabolique sous LSD.

Hormis le fait que l’essence même des Visiteurs ait été relayée au second plan – soit le manque de clash entre passé et présent – ce qui a construit le mythe du film est carrément bouté hors de l’écran. Quoique l’idée de passer le flambeau à la jeune génération d’acteurs est bonne et louable, elle reste néanmoins ratée. Aucun des nouveaux Montmirail ne réussit à faire rire et leur omniprésence éclipse le duo qui a fait la gloire des Visiteurs, celui là même que l’on a attendu plus de dix-huit ans. Jean Reno le Grand est quasi inexistant et les scènes entre le seigneur et son serf sont bien trop peu nombreuses, chose d’autant plus rageante puisque ces séquences sont les plus drôles. Les « tayo messire », « silence maraud » et autre « et on dansera la gigue » (moment furtif mais magnifique, nous tenons à le préciser) mettent du baume sans réussir à recoller les morceaux de notre cœur brisé.

En conclusion, la chair fraîche des jeunes comédiens ne pallie pas au manque de fraîcheur des Visiteurs : La Révolution et ce sont de bien tristes retrouvailles pour les fans. Le comte de Montmirail et son fidèle Jacquouille resteront nos héros à tout jamais, mais ce n’est visiblement qu’au temps des loups ou à celui des minitels que s’illustre leur fière prestance.

L’avis de Bizard Bizard : tayooooo ! Allez-y au pas, mais juste pour le principe.

 

 

Crédits images: toutlecine.challenges.fr (couverture) – lexpress.fr – allocine.fr

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  4 comments for “L’Oeil de Moscou – Les Visiteurs: La Révolution

  1. 10 avril 2016 at 18 h 22 min

    J’ai pris mon courage à deux mains et mon appréhension a été à la hauteur de ma déception! Rien de drôle, pas d’intrigue qui se tienne, bref un vrai désastre!!!!

    • Z.
      11 avril 2016 at 10 h 15 min

      Non mais c’était affreux… La formulation de ta phrase est juste parfaite, c’est exactement ça. J’ai été tellement déçue, c’état affreux, affreux!

  2. 7 avril 2016 at 12 h 28 min

    Je dois dire en toute honnêteté que je suis très admirative. Jamais je n’aurais eu le courage, la pugnacité, la bravoure incroyable de voir ce film. Ton sacrifice au nom de l’information ne sera jamais oublié! Ton nom résonnera sur les lèvres des générations futures comme celui du blogciné qui aura exploré les confins les plus abominables du cinéma au péril de sa vie.

    • Z.
      7 avril 2016 at 19 h 22 min

      Je te remercie infiniment! J’ambitionne presque de mettre ça sur ma pierre tombale, c’est un fort bel éloge!
      Ce qui est terrible c’est qu’à la base c’était sensé être une partie de plaisir, et en fait… Ce fut presque l’enfer sur terre! Ça me coûte beaucoup de dire ça vu ma passion pour Les Visiteurs, mais là franchement c’était affreux… Du coup ton commentaire me met du baume au coeur! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master