Sweet Sixties – Festen

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Thomas Vinterberg, 1998

 

 

Pour introduire son thème Atomic Food, Bizard Bizard a décidé de vous inviter au repas de famille le plus sombre de l’Histoire.

Helge fête ses soixante ans et pour marquer le coup il convie ses enfants Christian, Helene et Michael, toute sa famille et vous aussi. Sauf que la joyeuse soirée en perspective va rapidement se transformer en règlement de comptes familial avec pour toile de fond le récent suicide de Linda, la sœur jumelle de Christian.

Mais comme votre fidèle serviteur ne veut pas vous jeter dans la gueule du loup domicilié au Danemark sans plus d’avertissements, nous avons choisi de vous faire part du menu. Ainsi les âmes sensibles et les personnes ayant des tendances à l’indigestion psychologique seront prévenues, car c’est une crise de foie mentale qui est au menu ce soir.

Entrée :

 

Soupe à l’embrouille façon Michael. La couleur rouge de ce potage ne peut être obtenue qu’après moult disputes, plusieurs blagues de mauvais goûts (type dire à son frère que l’on a envie de le « sauter », ou encore abandonner sa famille sur le bord de la route pour qu’elle parcoure les derniers kilomètres à pieds) et un pétage de câble pour cause d’oubli de chaussures. Servi avec son cocktail maniaco-dépressif frappé. Composé de cigarettes, joints, médicaments et toutes sortes d’alcools.

 

 

Plat :

 

Révélations en tranches et son coulis d’inceste parental servi avec une fricassée d’hystérie et de chanson raciste sur un lit de déni. Le plat sera accompagné d’un cru « conseil de pépé pour avoir la côte avec les filles » et tout de suite suivi d’un digestif « bastonnade fraternelle ».

Dessert :

 

Queuleuleu Split aux saveurs danoises, aussi appelé Shnaps Gourmand. Composé de trois boules « confirmation de l’inceste par une lettre de la morte », « impossibilité de nier », « molestation du père aux copeaux de Michael » et sa chenille humaine géante, accompagné de son verre de Shnaps.

 

 

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un bon appétit et beaucoup de courage pour voir ou revoir ce film intournable.

 

Ambiance de folie…

 

 

Crédits images: nimbusfilms.dk (couverture) – moviemail.com – shelfheroes.com

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  6 comments for “Sweet Sixties – Festen

  1. 3 février 2016 at 0 h 17 min

    J’ai vu ce film il y a maintenant très longtemps et je n’avais pas vraiment accroché. Avec le temps, je me dis que je l’ai peut-être mal jugé parce que j’attendais autre chose. Je suis prête à lui donner une seconde chance !

    • Z.
      3 février 2016 at 22 h 56 min

      Sois généreuse et donne donc la chance aux chansons! Ce film est aussi génial qu’horrible, il mérite vraiment le re-coup d’oeil. (Je préconise un petite préparation psychologique en before tout de même).

  2. 2 février 2016 at 15 h 00 min

    Ah, mon Dieu, quel coup de poignard ce film!
    Très dur à voir quand on n’est pas informé que ce sera un règlement de comptes malsain!

    • Z.
      2 février 2016 at 21 h 41 min

      Oulalalala… Sans qu’on mette les war, l’indigestion doit être sacrément costaude!!

  3. 2 février 2016 at 12 h 59 min

    J’ai vu ce film il doit bien y avoir quinze ans, mais l’ingestion n’est toujours pas passée. Il est très bien, mais il marque assez pour ne pas avoir de le revoir très vite…

    • Z.
      2 février 2016 at 21 h 39 min

      Va savoir pourquoi, j’avais très envie de le revoir, mais comme on a envie de revoir un film bonne ambiance… ET bah mazette! Il est incroyable, génial, masi je t’avoue que je vais certainement attendre un petit moment avant de retenter l’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master