Dominicalement vôtre – Usual Suspects

Share on FacebookTweet about this on Twitter



Bryan Singer, 1995

Diffusion dimanche 15 février, 20h45, France 4

Si en ce dimanche (comme beaucoup de dimanche) vous aviez l’envie de vous écraser dans votre canapé et végéter tel une patate douce mécontente que le week-end se termine, et bien faites le ! Mais devant France 4, qui ce soir, vous propose le cultissime Usual Suspects. Tel le cocon sortant de sa chrysalide, vous vous redresserez progressivement et à la fin du film vous serez une patate douce papillonnante qui n’aura plus qu’un nom à la bouche : Keyser Soze.

A New-York, cinq bandits, ayant chacun leur petite spécialité, sont réunis pour une identification. Alors qu’ils attendent d’être relâchés, l’un d’eux, McManus (Stephen Baldwin), propose aux autres un plan visant à voler des émeraudes et par la même occasion à humilier la police. Tous sont partants : Verbal (Kevin Spacey), Fenster (Benicio Del Toro) et Hockney (Kevin Pollak), tous sauf Keaton (Gabriel Byrne). Verbal, « the man with a plan » finit par convaincre Keaton et c’est avec succès que les cinq compères réussissent leur coup.

Afin de revendre les pierres en toute discrétion, ils s’envolent pour la Californie. Là-bas, les cinq hommes feront la rencontre d’un mystérieux avocat qui travaille, ni plus ni moins, pour Keyser Soze, un mythique criminel turc connu pour sa cruauté sans limites, mais que personne n’a jamais vu. Ils apprendront que chacun d’eux à une dette envers l’impitoyable Keyser (qui est donc l’équivalent du diable sur terre). Pour s’acquitter de toutes obligations envers lui ils devront remplir une mission : faire disparaître la drogue qui se trouve sur un cargo, celle-ci devant être revendue aux concurrents de Soze.

Nous n’en diront pas plus, afin que vous puissiez vous concentrer en toute tranquillité ce soir. On ajoutera néanmoins que pour pimenter encore un peu plus la complexité de l’affaire (et vous obliger à vous concentrer encore un peu plus), l’histoire est racontée lors de l’interrogatoire de Verbal, seul survivant (en bon état) de l’attaque du cargo et « corroboré » par l’unique autre survivant (en mauvais état). Comprenez donc que le récit est conté en flashback, entrecoupé par des scènes d’interrogatoire et de hurlements de hongrois brûlé au millième degré qui ne cesse de répéter Keyser Soze.

Après ce résumé (légèrement alambiqué) j’espère que ce soir vous aussi vous saurez enfin qui est Keyser Soze.

Juste pour un petit avant goût

image: wall.alphacoders.com

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master