J’ai rencontré le diable – Vengeance à la mode coréenne

Share on FacebookTweet about this on Twitter

 

 J’ai rencontré le diable, Kim Jee Won, 2010

 

 

Pour 1 personne

Préparation 2 semaines

 

Lorsque Soohyun apprend que sa fiancée a été monstrueusement assassinée, il ne voit qu’un remède à ses maux : se venger. Son choix s’arrêtera sur la vengeance à la mode coréenne, appelée aussi vengeance totale ; un plat qui se déguste froid et seul. Sorte de pot-au-feu asiatique, il s’agit d’une recette qui demande avant tout beaucoup de savoir-faire. Compte tenu du temps de préparation, nous vous conseillons de prendre quinze jours de vacances au préalable.

 

Ingrédients :

 

-un homme

-des bâtons

-des couteaux et autres armes blanches

-des câbles multiprises

-une voiture

-du matériel high-tech (type micro et GPS)

-un extincteur (si besoin est)

-une bonne dose d’ingéniosité

-quelques cuillères à café d’art de la mise en scène

-des muscles

-de la cruauté

-plusieurs pincées de combat au corps à corps

-et vous même

 

 

Préparation :

 

  1. Posez vos congés. Puis, à l’aide de rapports de police et de votre voiture, trouvez l’agresseur. Afin de ne pas vous tromper dans le mélange, n’hésitez pas à vous assurer de l’authenticité et de la provenance de la pièce maîtresse de votre plat. Pour ce faire, molestez et étranglez à l’aide de câbles multiprises d’autres hommes jusqu’à trouver celui que vous cherchez.

 

  1. Une fois l’élément principal trouvé, il est temps de l’accommoder. Alors qu’il est encore chaud, martelez vigoureusement la chair de l’homme à l’aide de vos muscles. Ajoutez-y quelques pincées de combat au corps à corps. Mélangez. Une fois l’homme provisoirement hors d’état de nuire, faites lui avaler un micro (afin de pouvoir suivre précisément chacune des étapes de la préparation). Selon le résultat obtenu après le premier mélange, vous pouvez aussi lui briser le poignet si besoin est (ou si besoin n’est pas d’ailleurs, donnez libre cours à votre imagination).

 

  1. Laissez refroidir plusieurs heures. Le temps pour vous de vous reposer un peu, tout en écoutant et en pistant l’objet de votre vengeance. Cette étape laissera l’homme mariner dans son jus de souffrance, ce qui donnera plus de saveurs à votre préparation.

 

  1. Une fois le mélange bien refroidi, retrouvez la pièce principale de votre vengeance et apprêtez-la de nouveau. À l’aide d’un extincteur et de quelques cuillères à café d’art de la mise en scène faites revenir le tout. Vous pouvez aussi ajouter quelques pincées de combat au corps à corps pour relever le mélange. Une fois l’appareil concentré, ajoutez la touche finale en sectionnant le talon d’Achille de l’homme à l’aide d’un objet pointu. Afin de garder votre préparation à température ambiante, réalisez cette opération de préférence à proximité d’un lieu où les premiers soins sont dispensés.

 

  1. Réitérez la même opération quelques heures plus tard. Si toutefois vous trouvez le mélange trop fade, faites revenir à feu vif et ajoutez-y de nouveaux ingrédients, tels que les amis de l’homme. Comme dans les étapes précédentes, veillez bien à assaisonnez le tout en utilisant la bagarre, l’ingéniosité, la mise en scène et les armes blanches. Une fois les amis concassés, donnez de grand coups de bâtons à l’homme (prenez donc exemple sur Maïté avec son anguille). Mélangez de nouveau et préchauffez le four de votre haine.

 

  1. Prenez garde au retour de flamme. Si l’objet de votre vengeance est plus coriace que ce que vous pensiez, que l’homme cherche à son tour à se venger et à se débarrasser du micro (grâce à des cachets anti-constipation), n’hésitez plus. Retirez le mélange du feu et enfournez dans le four bien chaud. Augmentez la température jusqu’au thermostat maximal.

 

  1. Sortez le plat du four et dressez l’assiette. Faites appel à toute votre créativité et votre cruauté pour servir la version la plus parfaite du plat: la vengeance totale.  Trouvez un système ingénieux pour que votre victime souffre ce que vous avez souffert (« en 10 000 fois pire », comme vous en aviez fait le serment au début de la recette) et apportez la touche finale en appelant la famille du futur défunt, qui se chargera, sans le savoir, d’achever le dressage.

 

Après cette longue préparation, vous pouvez déguster !

(Sachez tout de même que dans la majorité des cas, ce plat perd toute sa saveur lors de la dégustation finale…)

 

Voilà un petit tutoriel qui pourrait vous aider à réussir votre recette.

 

Images: celluloidz.com, cinema.jeuxactu.com

 

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  2 comments for “J’ai rencontré le diable – Vengeance à la mode coréenne

  1. 2 février 2016 at 17 h 48 min

    Il est sur ma liste de films « A voir » depuis un bail, celui-là. Mais à chaque fois que je le propose, je me prends un « NON » magistral. Visiblement, « Old Boy » en a traumatisé pas mal et du coup, on m’interdit le cinéma de vengeance bloodesque en provenance d’Asie.
    Voilà. Commentaire inutile donc, mais je tenais à signaler que cet article avait ravivé ma curiosité (et ma faim aussi, du coup je vais m’en aller goûter un paquet de Prince, histoire de).

    La bise.

    • Z.
      2 février 2016 at 21 h 45 min

      Lance toi! Jette toi à l’eau sanglante de J’ai rencontré le diable, tu vas adoooooooorer!
      Contrairement à ses comparses, ce film est peut être tout aussi gore sauf qu’il est vraiment, vraiment drôle. beaucoup moins traumatisant qu’Old Boy, la trilogie de la vengeance où même The Chaser.
      J’adore tellement ce film! J’aimerai tellement revivre le jour où je l’ai vu pour la première fois au cinéma… Nostalgie, nostalgie.
      Ton commentaire est tout à fait utile sache le, il m’a permit de repenser à ce film tellement génialement génial.(Tu l’auras compris, je te le conseil fortement fortement fortement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master