Vengeance lycéenne: Mean Girls

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Lolita malgré moi, Mark Watters, 2004

 

Pour clôturer en beauté le thème de la vengeance, quel meilleur film que Mean Girls? (La traduction française du titre ‘Lolita malgré moi’ faisant grincer des dents tout être normalement constitué, il a été décidé lors d’une assemblée plénière réunissant des personnes saines d’esprit que tout au long de cet article, le titre original du film serait utilisé à la place). En effet, quel endroit plus terrible, plus propice à l’animosité, à la malveillance et aux coups bas qu’un lycée américain? Que celui qui n’a jamais eu l’impression d’être entouré de psychopathes pendant au moins une partie de sa scolarité dans le secondaire me jette la première pierre.

Pour comprendre l’idée générale derrière Mean Girls, il suffit de savoir que Tina Fey (Saturday Night Live, 30 rock, Crazy Night) en a écrit le scénario, inspirée par un bouquin plus ou moins sociologique qui traite de la formation de groupes féminins au lycée – les freaks, les geeks, les princesses, vous voyez le topo ; et de l’attitude agressive des jeunes filles au sein de ces mêmes groupes. Le film s’annonce ainsi aussi drôle que méchant et les rivalités lycéennes sont au cœur du sujet. Qui dit lycée dit bien évidement mensonges, tromperies, trahisons, et pour finir : vengeance! Une année au lycée: bien plus croustillant qu’une saison complète d’Amour, Gloire et Beauté!

Les parents sont parfois des êtres surprenants : après avoir élevé leur fille Cady (Lindsay Lohan) au milieu de la jungle africaine pendant quinze ans, deux zoologistes se décident à revenir aux Etats-Unis et à scolariser leur enfant pour la première fois, histoire de l’aider à sociabiliser. A mon humble avis, c’est déjà contre ses propres parents que la jeune fille aurait dû jurer vengeance car il faut vraiment être cruel ou complètement demeuré pour pouvoir croire que la transition allait bien se passer. Pour une première incursion en territoire scolaire, on aurait du mal à imaginer pire âge que seize ans et pire établissement que le lycée. Imaginez-vous un instant à la place de cette pauvre enfant! Cady a d’ailleurs beaucoup de mal à s’acclimater et ne cesse de comparer le lycée à la jungle (et il faut l’avouer, elle est loin d’avoir tort). Bref, les deux zoologistes devraient s’estimer heureux que leur progéniture ne sombre pas dans la drogue car c’était définitivement une des options possibles. Heureusement, Cady est une fille bien… enfin, presque.

Presque, car si tout se termine pour le mieux (film pour adolescents oblige), la jeune fille aura tout de même le temps de tester tout au long du film cinq grands types vengeances et leurs conséquences.

1. Janis VS Regina, ou la première vengeance, le début de tout, le début de la fin

Janis (l’ado pseudo gothique très début des années 2000, interprétée par Lizzy Caplan) et Damian (son camarade « too gay to function » sans qui presque aucune comédie ne saurait exister et sans qui Mean Girls perdrait la moitié de ses répliques cultes, Daniel Franzese) vont prendre Cady sous leurs ailes d’outsiders. Regina (Rachel McAdams), la reine d’un petit groupe qui règne sur l’école (composé de bimbos et surnommé les ‘Plastics’) va proposer à la nouvelle arrivante de s’asseoir à sa table pendant la pause déjeuner (ce qui veut dire beaucoup!). Janis, qui cherche à se venger de Regina (pour une histoire qui remonte au moins à la maternelle) saisit l’opportunité au vol! Cady s’intégrera aux ‘Plastics’ et deviendra son informatrice privilégiée. C’est ainsi que débute la première des vengeances, la revanche douce : et v’la t’y pas qu’on met de la crème pour pieds dans la lotion faciale de Regina et qu’on écoute tous ses petits secrets. Mais cela ne fait que commencer!

2. Regina VS Cady, ou la vengeance de peste

Cady la malheureuse tombe ensuite amoureuse du bel Aaron, qui se trouve justement être l’ancien petit ami de Regina. Quand la reine des pestes l’apprend, elle entourloupe la pauvre Cady (qui n’y voit décidément pas très clair) en lui promettant de glisser un mot en sa faveur à Aaron. Bien évidemment, elle décidera plutôt de le séduire à nouveau (en langage lycéen : de lui rouler une sacré pelle) en prenant Cady pour témoin.

3. Janis et Cady VS Regina, ou la triple vengeance

Touchée dans son estime d’adolescente amoureuse, Cady va complètement se rallier à la cause de Janis et elles établissent ensemble un plan très simple : détruire Regina en lui faisant perdre les trois choses qui font d’elle ce qu’elle est : son boyfriend Aaron, son corps de rêve, et sa clique de bimbos. Ni une, ni deux, Cady recommande à la princesse des barres nutritives en lui faisant croire qu’elles la feront maigrir, puis dévoile à Aaron que Regina le trompe avant de faire éclater aux yeux des deux ‘plastics’ Gretchen (Lacey Chabert) et Karen (Amanda Seyfried) ce que leur prétendue meilleure amie dit d’elles derrière leurs dos. C’est l’apothéose ! Regina se retrouve grosse et seule, ce qui, dans l’univers lycéen américain, revient plus ou moins au même que d’être devenue lépreuse.

4. Regina VS Cady part II, ou la deuxième et ultime couche de vengeance

Mais Regina la lépreuse n’a pas dit son dernier mot ! Alors que Cady parade (ne réalisant pas, pauvre innocente, qu’elle est elle-même devenue une ‘plastic’ à part entière, une adolescente superficielle et méchante), Regina, peste de chez les pestes, reine des bimbos et des emmerdeuses, va mettre à exécution la plus cruelle des vengeances, la vengeance fourbe. Elle s’empare de son arme ultime, le Burn Book des Plastics (album dans lequel les ‘plastics’ collent des photos de leurs camarades et professeurs afin de les insulter), y créé une page où elle s’auto insulte avant d’aller voir le proviseur en pleurs pour se plaindre de la méchanceté de ses ex-amies. Et cerise sur le gâteau, elle se charge de distribuer des photocopies de chaque page à tout le lycée. Et là, c’est la consécration, le déchainement, la tempête. Regina réussit sa revanche ultime en mettant tout le lycée à feu et à sang, et en faisant accuser Cady et ses acolytes d’avoir calomnié tous leurs congénères.

5. Regina VS le bus, ou la vengeance jouissive

Après tous ces coups tordus, le cycle de la vengeance s’achève enfin, permettant ainsi à Cady de réaliser qu’elle ne se reconnaît pas dans la personne en qui elle s’est peu à peu transformée. Elle apprend aussi que tous les actes ont des conséquences, et que ce n’est pas en se moquant des gens qu’on devient soi même une meilleure personne. Ultime coup du sort (pour vraiment enfoncer le clou: quand on est méchant, ça se paie les enfants!), Regina se fera renverser par un bus sous les yeux de Cady (et certains iront même dire qu’elle l’y a poussé) et des spectateurs satisfaits, sans en mourir cependant – encore une fois, on ne déconne pas avec le message qu’on fait passer aux générations d’ados qui ont vu (ou verront) ce film les gars!

Bref, Mean Girls est exactement ce que son titre original promet : des filles méchantes par paquet, le tout relevé par un bon zeste de vengeance.

Regina George résumée en un cri

Related posts:

Share on FacebookTweet about this on Twitter

  2 comments for “Vengeance lycéenne: Mean Girls

  1. 14 septembre 2015 at 21 h 20 min

    J’ai tellement ri devant ce film… Amanda Seyfried est parfaite, entre le « J’peux prévoir la météo rien qu’en touchant mes seins ! » et l’inoubliable « If u come from Africa, why are u white ? », j’ai fait de l’hyperventilation pendant un quart d’heure.
    J’adore Tina Fey. Elle a vraiment un humour décapant (30 Rock, c’est juste du génie → « Lemon, you’re weak. »)… Dans le même genre de série que « 30 Rock », je ne sais pas si tu connais Parks & Recreation ? Parce que là, c’est vraiment du grand art made in Amy Poehler (qui joue la maman de Regina George, en l’occurence).

    • Z.
      15 septembre 2015 at 10 h 29 min

      Ah oui oui oui Parks & Recreation c’est magique! Je n’ai pas tout regardé mais ça m’a beaucoup plu.
      Quant à Mean Girls, je ne vais pas mentir je le regarde tous les 3 mois, ça me fait toujours autant rire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master